Quant aux hommes ordinaires, ce qu’ils font à l’état de veille leur échappe de la même façon qu’ils oublient ce qu’ils produisent dans leur sommeil. Du même coup, elle étend, pourrait-on dire, le mythe au logos, et inscrit la réalité profonde du mythos au cœur même de tout logos. C’est une erreur de la réduire à des mots usés. 14Déconstruire un mythe et le comparer à d’autres mythes nous permet peut-être de comprendre comment l’esprit fonctionne ou pense, mais ne nous renseigne pas sur le « pourquoi » du mythe en tant que langage, sur cette discursivité si singulière par rapport à d’autres. Le chaos de quoi ? Ce qui fut démontré par la prospérité d’Athènes dans tous les domaines. La question est alors de savoir pourquoi le mythe doit nécessairement s’exprimer dans ce qui est communément le registre de la psychopathologie. C’est un modèle de vie qui demande les qualités d’endurance, d’espérance, et de courage. Voici un texte indien illustrant le Narcissisme secondaire qui dissimule le narcissisme primaire. Les auteurs citent par exemple Apollon, né sur une île qui avant sa naissance était flottante et stérile. C’est ce que Freud a … Quel est cet étranger ? Les textes tirés des épopées d'Homère et de la Théogonie d'Hésiode sont parmi les plus anciens détaillant cette mythologie. 29La mythologie constitue non un langage pathologique, mais un langage sur la pathologie. Selon ce que rapporte les évangiles Jésus est ressuscité. « En vérité, ce n’est pas pour l’amour de son mari qu’on chérit un mari ; mais c’est pour l’amour de soi qu’on chéri un mari. APOLLON, mythologie grecque. … C’est le devenir que rien n’arrête, qui devient, qui divise, qui devise, qui parle et qui dit. Mais alors que la philosophie antique – soulignons cette précision historique – enseigne, apporte des réponses aux questions ou aux besoins des auditeurs, le mythe permet de symboliser par le savoir ce que ces derniers savent à leur insu. 2) Deuxième étape : L’aide - Le roi de Corinthe adopte Œdipe. Histoire et actualité des sciences de l’Antiquité, L’imaginaire utopique, de ses sources dans le monde grec à la Renaissance, Le statut et l’image du corps dans la mythologie et la littérature grecques (suite et fin), Portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, La pathologie à la source de la constitution du discours mythologique, Naissance de la psychologie : la mythologie, La mythologie comme métapsychologie, la philosophie comme thérapeutique, La toute-puissance : entre mythe et raison, Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 3.0 International License, Catalogue des 552 revues. Héraclite est né a Ephèse, colonie grecque d’Asie Mineure en 576. « Les dieux ont caché ce qui fait vivre les hommes », nous dit Hésiode dans Les travaux et les jours. L’interrogation sur l’origine est maintenue, mais elle appartient désormais à l’ordre humain de préférence. On comprend qu’à la différence de la sociologie de Durkheim, la psychanalyse ne possède pas de définition satisfaisante du concept de normalité. 45Par essence, tout discours mythique échappe ou se situe hors de la pathologie. Si, comme nous, vous pensez que les mythes sont … Font exception les rois d’Athènes, la lignée de Tantale et la lignée royale d’Arcadie. bethove 76 07/02/2019 à 12h35 Alerter Répondre Répondre à bethove 76 Copier le lien Le lien a été copié dans votre presse-papier En réponse à Illuminet. 3 mai 2020 - Depuis la semaine dernière, je propose à mes grands des lectures en lien avec la mythologie grecque. On ne peut pas nier que la conscience – ou le Moi – milite activement pour la création d’un monde tranquille, que du moins elle se contraint à un minimum de conflits et évite toute émergence de l’horreur, de la sexualité interdite ou mortifère. Lui aussi, le souverain suprême des dieux et des hommes, a fait comme Œdipe. Elle s’impose plutôt comme le premier discours que l’homme a élaboré sur lui-même, plus précisément sur sa condition en tant qu’être psychique. « Ce sont les Grecs qui ont inventé la psychanalyse ». : Le symbolisme dans la mythologie grecque, Etude psychanalytique.Dans son introduction à l’ouvrage, Bachelard insiste : C’est la guerre du conscient contre lui-même. Elle jette les fondements de la plupart des principales doctrines touchant l'homme. L’inconscient, nous dit Freud, s’exprime par condensation et déplacement. Dans tout discours mythologique, deux niveaux sont donc impliqués, lesquels donnent l’impression d’irrationalité. L’étude de la mythologie ne nous révèle pas tant comment les hommes pensent, mais comment ils se sont pensés. Ce paradoxe s’estompe dès lors qu’on comprend la mythologie comme la première psychologie dynamique que l’homme s’est donnée pour expliquer les tréfonds de l’âme. En réalité, le discours mythique n’a, en soi, rien de pathologique. 28Les méandres par lesquels Freud restitue la formation du mythe, l’obscure délimitation qu’il lui assigne dans son rapport à la pathologie en tracent une figure que les mythologues ont bien du mal à reconnaître. Celui qui est passé par la castration est normé en vue de l’acte sexuel. On passe un peu trop rapidement sur ce dernier aspect, ce qui conduit à ordonner trop facilement le discours mythologique dans le registre de la pathologie. Dans la mythologie grecque, le mot “psyché” signifie bien plus que papillon, âme ou esprit. La psychanalyse expliquée par la mythologie, Pierre Varrod, L'opportun Eds De. En lui, toute trace d'une origine asiatique, si sensible chez d'autres divinités, Dionysos notamment, a été estompée, et ce dès avant les … « Il n’est éthique que du Bien-dire », affirme Lacan (Télévision, p. 39). L'ensemble de ces sources présente des généalogies et des récits qui forment un système doté d'une … Chaos est le carrefour abyssal du langage. Cette expression a été forgée en référence au terrible monstre qui, dans la mythologie grecque et romaine, gardait l’entrée des Enfers pour empêcher les âmes des défunts d’en ressortir. 9Il ne fait guère de doute que le discours mythologique, à l’instar de tout langage, est rationnel. Le langage ça se dit Logos en grec. Le mot mythologie désigne l’ensemble des mythes d’une même civilisation. Les premiers mythologues se sont souvent cantonnés à la première interprétation, alors que la seconde analyse fut celle qui prévalut chez les psychopathologues, psychanalystes inclus. Si l’histoire a transformé le daimôn en démon, le daimôn fait son retour avec la psychanalyse. La mythologie ne constitue pas une traduction de l’inconscient, elle ne serait alors qu’une façon différente de le dire et serait pour ainsi dire l’inconscient lui-même ; elle en tente plutôt une sorte de conceptualisation à l’instar des métapsychologies. Freud, le mythe et les dieux. En fait c’est une athéologie. Nous en voulons pour preuve ce qu’il en dit lui-même. En lire plus. 20Nous avons déjà souligné que les aspects formel et sémantique des mythes sont indissociables, l’un ne possédant sa raison d’être que porté, soutenu par l’autre. La constitution du sujet est le préalable à la possibilité du discours mythologique. Il appert de ce constat que, s’il appartient au discours mythique, en quelque sorte à son destin, de s’exprimer dans ce registre, sa fonction ne se réduit pas à traduire, comme à livre ouvert, les passions déraisonnables et les logiques défiant la raison. Certains n’accordent à l’extravagance des récits des mythes aucun crédit, se refusent d’y déceler les manifestations d’esprits des plus puériles, sans logique ou d’essence prélogique. J.-C.. Dans ce poème Hésiode tente de bâtir la généalogie des divinités grecques en s'appuyant sur les nombreuses croyances populaires. Qui sont mes meurtriers ? Le mythe et l'indicible. Tout comme les peuples heureux n’ont pas d’histoire, il semble qu’il ne puisse exister de mythe heureux. La réponse dans une sélection riche et variée pour aider les enfants dans cet apprentissage : romans, albums illustrés, documentaires, livres d'art ou jeux. 18L’idée généralement admise est que le discours mythologique fonde la trame de toute civilisation, de toute culture. « Ne veux-tu rien savoir du destin que te fait l’inconscient ? C’est par là que le sujet advient à lui-même, plus vivant que jamais comme Ulysse. Il ignore le lapsus. Il véhicule un sens trop marqué par la psychiatrie, la psychologie, parfois la psychanalyse, voire même tout simplement notre époque. D’autres y perçoivent l’émanation d’une psyché quelque peu dérangée, pathologique, sous l’emprise des affects les plus violents, les plus abjects et les plus outranciers, dominée ou estompant tout recours à la raison, du moins à une rationalité d’emblée accessible. Despite extravagant contents, which go far beyond so-called “normal” behaviours, mythology is not the pathological narrative to which psychologists or psychoanalysts are inclined to confine it. Pour entreprendre une analyse il faut donc en avoir le désir. Toute réalité est soumise à la parole. Cette omniprésence de la démesure psychique fut par contre occultée par les mythologues dont les analyses ne tirent aucune conséquence des monstres, parricides, matricides, infanticides, incestes, etc. À l’encontre de ce que certains croient trop facilement encore, l’effacement de l’« étrangeté » caractéristique du discours mythologique ne distingue en aucune manière la mythologie de la science psychologique qui propose une compréhension plus « sereine » de l’intériorité. Charybde, fille de Poséidon le dieu des océans et de Gaïa, était un monstre . Et les révélations, si riches et pertinentes soient-elles, que la psychanalyse livre sur la mythologie ne sont jamais en mesure de dire le rapport à la déviation qui structurait la psychologie de ces peuples, de décrire comment ce que les croyances relèvent d’universel se singularisait dans le particularisme, si l’on peut dire, de leur culture. - Auteur : tho49ffq - Page : 2 - Pages : 3 - Dernier message : 03-01-2017 33Quelles que soient les thèses avancées pour expliquer la naissance de cette pensée, une grande majorité semble partager l’idée que cette avancée vers la raison s’est faite par l’abandon du mythe, du moins qu’elle s’explique en référence aux rapports qui lient le mythe au logos. En tout cas les deux aigles se rencontrèrent à Delphes qui fut considéré dés lors comme le centre du monde. Exemple de rébus : « G, grand, a petit », qu’on peut interpréter par « j’ai grand appétit ». Signaler un abus. ». Sans les Grecs il n’y aurait donc pas eu de christianisme et sans doute il n’y aurait pas eu Freud. C’est bien le centre du monde. Si l’histoire a transformé le daimôn en démon, le daimôn fait son retour avec la psychanalyse. Pourquoi utilisent-ils de façon privilégiée et massive le discours passionnel de la déraison qui, en définitive, encombre, plus qu’il ne facilite, l’expression des réalités sociales qu’ils voudraient traduire ? Foire aux questions sur la psychanalyse : Avocats paris - Droits d'auteur, droit des marques, droit à l'image et vie privée, Avocats paris - Droit d'auteur, droit des marques et de la création d'entreprise. 49Si la mythologie est la première psychologie, elle n’est pas pour autant le premier discours que l’homme a établi. Voilà ce que met en acte Apollon, Apollon sonore, comme dit Dumézil, en tuant le serpent Python et en instituant les jeux pythiques du théâtre, de la poésie et de la danse, en donnant aux femmes, nommées Pythies le pouvoir d’exprimer le langage de l’inconscient sous forme d’oracles. Mais, chez Xénéphon, Socrate dit justement le contraire : « C’est une voix qui se fait entendre pour m’indiquer ce que je dois faire » (Les Mémorables). 16Une autre interrogation tout aussi essentielle se pose : pourquoi les mythes, ou les tragédies qui s’en inspirent, ont-ils été construits sur le modèle du tragique de la condition humaine, pourquoi n’ont-ils pas pu recourir à des récits moins extravagants, moins irréels ? Le changement ne passe que par lui ou plutôt il est le changement lui-même. Ici, aucune essence ni aucune chose ne hantent le monde puisqu’il n’existe que des signifiants en mouvements qui forment ce langage tiers permettant de métamorphoser le sens des mots et des choses. Comme toute psychologie, sa tâche est de rendre notre monde intérieur cohérent à notre raison ou à notre vécu conscient. La mythologie grecque présente plusieurs aspects : système d'explication du monde, elle fait intervenir l'épopée, où les héros, intermédiaires entre les dieux et les hommes, doivent sans cesse affirmer leur valeur ; liée à l'Histoire, elle permet aux Grecs d'expliquer l'origine de leurs cités. Mais au contraire de ce qu’affirment les psychanalystes et les psychologues, la mythologie échappe à toute analyse nosographique. Si le mythe de Psyché semble avoir été populaire dans le monde hellénistique, il faut attendre Les Métamorphoses d'Apulée (livres IV à VI) pour en avoir le récit complet. C’est de la vérité contre de la vérité, de l’affirmation contre de l’affirmation, du conscient contre du conscient. À ceux qui disent que la vie est un mal elle répond à la manière de Diogène le cynique : Ce n’est pas la vie qui est le mal, c’est simplement que vous vivez mal. L’orgasme chez la femme ne produit aucune fatigue. Le sens n’est pas objet de censure, seul le code de son expression obéit aux canons de sa culture, raison pour laquelle la mythologie ne nous semble pas pouvoir être qualifiée de langage ésotérique. Au niveau de l’agriculture, le plan technique est difficilement distingué du plan théologique et rituel. par exemple, compila toute la mythologie grecque depuis la cosmogonie jusqu’à Troie ; les grands maîtres de la tragédie Eschyle, Sophocle et Euripide approfondirent, quant à eux, la psychologie de personnages comme Œdipe, Antigone, Électre ou Médée ; enfin, Ovide adapta les mythes grecs à la culture latine. Freud chez les Grecs ! Parce que c’est un signifiant personne n’a le phallus ou tout le monde l’a. La barre qui les sépare est la Nuit, c’est-à-dire nous-mêmes. Les démons sont interchangeables, alors que le daimôn, lui, est irremplaçable. 4Le constat de l’extravagance des mythes est à vrai dire si évident qu’on s’étonne que les uns comme les autres s’y soient laissés si aisément enfermer, encore que, à la décharge des premiers, les temps ne furent pas toujours propices à énoncer des analyses hors des mentalités et des paradigmes dominants. L’analyse consiste à distinguer les plaisirs qui aliènent de ceux qui libèrent. Si on se réfère au contenu, c’est pour inférer qu’ils ne disent pas ce qu’ils disent ou, plus précisément, qu’ils disent ce qu’ils ne sont pas. La cure par la parole et par l’interprétation des rêves était déjà pratiquée par les Grecs cinq siècles avant notre ère, comme, par exemple, à Amphiaraion, à la frontière de Thèbes, ce qu’a révélé l’archéologie. Hésiode, autre auteur grec, a écrit la théogonie, c'est à dire l'histoire des tous débuts, de la création du monde. Le mot parle lui-même. Le mot rébus vient de l’expression latine Rébus quae geruntur c’est-à-dire « au sujet des choses qui changent ». Un chez les Grecs ça s’écrit par un trait. Et nous savons ce qu’implique une telle démarche : tout simplement la disparition des réalités psychiques que la psychologie clinique ou la psychanalyse tentent d’appréhender, réalités qui ne se livrent que grâce à l’utilisation d’une méthodologie intersubjective. Et c’est précisément en raison de cette capacité de l’inconscient à mettre en scène l’impossible scénario qui structure la condition humaine que celle-ci peut trouver sa pleine réalisation. Utile. D’un discours manifeste sur le sexe ou sur la folie des affects, on ne conclut rien sur ce qu’ils signifieraient ou ne signifieraient pas. Cette philosophie antique avait aussi pour objectif non seulement d’offrir des « exercices spirituels » – comme l’ont montré les travaux de Pierre Hadot –, mais se présentait également, comme l’ambitionnent certaines de nos psychologies modernes, comme une thérapeutique, comme un moyen de « bien vivre ». C’est - nous l’affirmons ici et pour faire court - la retrouvaille ou la reconstitution exacte du traité perdu il y a quelque 2400 ans du sophiste Antiphon de Corinthe intitulé : « L’art d’échapper à la dépression ». C’est une voix qui lorsqu’elle se fait entendre me détourne toujours de ce que je vais faire et qui jamais ne me pousse à l’action ». Jésus répond à toutes les questions des rabbins. C’est ce que faisaient les Grecs de l’Antiquité qui, comme nous dit Heidegger, « ne croyaient pas à leurs dieux ». 38Cette complémentarité discursive entre mythe et psychologie invite ainsi à bannir tout réductionnisme de ce genre, sans pour autant en dénier la dimension « psychopathologique » primordiale. Et, comme l’a montré la psychanalyse, il appartient à la pathologie de constituer le langage initial à partir duquel une psychologie des passions et des affects de toutes sortes s’élaborent. « Qu’on dise reste oublié derrière ce qui se dit », résume Lacan. 5) Cinquième étape : Le changement de sens (ou meurtre du père) - Œdipe tue son père (Nous avons vu que « tuer son père », dans l’inconscient, qui n’est que langage, signifie changer de sens). Dans quelle famille ai-je connu mes premières détresses ? L’auteur tente d’expliquer pourquoi le récit des mythes abonde de conduites jugées aujourd’hui pathologiques sans qu’il faille pour autant les considérer comme reflétant un vécu pathologique. », Je sais que vous entendez tous ici la contemporanéité de ce texte écrit il y a de 2500 ans. Psychologie La mythologie grecque stimule la créativité et l'esprit d'équipe. Voir plus d'idées sur le thème Mythologie grecque, Mythologie, Dieux et déesses grecs. C’est s’enliser dans les marécages des thérapies cognitivo-comportementalistes, sans en avoir la rigueur. La nuit que nous sommes à nous mêmes. Quelle est ma situation véritable ? Kentron is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 3.0 International License. On lui doit d’avoir inventé le vers hexamètre et la fameuse maxime qui figurait au fronton du temple de Delphes : « Connais-toi toi-même ». Ce que Céline résumait en une formule célèbre : « N’importe quel trou du cul se voit en Jupiter dans la glace ». Il domine généralement au sein de ces écoles de pensée le présupposé que la rationalité est aux antipodes, voire « l’ennemi », des affects ou des émotions, que se référer au registre affectif exclut d’emblée la raison, et que l’exploration de l’un ne conduit pas à la compréhension de l’autre. Et un nœud c’est ce qui est consistant. On a constaté au contraire que les contractions orgasmiques expulsaient le sperme. Je vous rappelle encore fois et pour finir ce que disait Lacan lors à l’introduction de son premier séminaire : « La pensée de Freud est la plus perpétuellement ouverte à la révision. Elle ne saurait cependant être complètement déchiffrée par elles. et que signifie Delphes ? Le jeu du temps : voilà le langage. Autres formes du thème : Mythanalyse (psychologie) Mythologie et psychanalyse Data 1/7 data.bnf.fr . Ces dieux de la mythologie ne son pas ce qu’on nous a fait croire des dieux, c’est-à-dire des êtres personnels et inacessibles. On ne pourra donc véritablement comprendre la mythologie que si l’on utilise l’inconscient et la méthode des associations libres. Il s’agit d’une sorte de retour plus vivifiant, drôle et pratique aux enseignements de Freud et de Lacan. Si l’on peut résumer la psychanalyse moderne à trois fonctions elles sont principalement celles-ci : les résistances, les cinq résistances définies par Freud, les pulsions et leur cinq destins et l’interprétation libre. 26Le rapport entre normal et pathologique n’est pas un rapport d’opposition, mais un rapport de complémentarité, de continuité. Psychologie Miracle de la mythologie grecque. Son éthique est grecque. 55La différence essentielle entre la mythologie et les autres systèmes de croyance, de la religion à l’idéologie politique, réside dans le fait qu’elle n’est pas la construction d’un système de pensée. Or comment, à rejeter le daimôn, pourrions-nous être, par exemple, simplement des démocrates authentiques puisque démocrate et daimôn ont la même étymologie ? Qu’est-ce qui les empêche de le dire directement, par la représentation manifeste de ces réalités ? Il est formé par X, khi, notre x, qui figure un carrefour et se termine par os, qui en latin désigne la bouche, la voix, et la prononciation. Sa naissance fixe l’île et elle change de nom se nommant désormais Délos, « la lumineuse ». Dans quelle « crèche » suis-je né ? À Délos se trouve le sanctuaire … Car le mythe n’appartient à personne, n’a pas véritablement d’auteur. Cela n’est pas dit. », Nous eussions préféré que Lacan s’exprimât plus clairement, D’un discours qui ne serait pas du semblant, Marie Preto, Psychanalyste - Argenteuil 95. En d’autres termes, qu’est-ce qui justifie sa pertinence et son recours exclusif si ce n’est une conception a priori du mental ? 42Il est indéniable que la naissance de la tragédie signe une évolution par rapport à l’exclusivité du savoir représentée par la mythologie. Trois est le chiffre de la puissance et de la dynamique, position et vitesse, quand on a l’une on manque l’autre. 44Au regard de la psychanalyse qui définit le mythe comme la projection de l’intériorité humaine, cette évolution ne peut que refléter un changement conséquent dans la psychologie humaine entre le x-viiie siècle et le ve siècle. Comment dit-on langage en grec ? Quand Freud, dans un entretien avec Charles Baudouin, dit qu’il a deux dieux, c’est évidemment dans le sens de théorie. (2019) Petit traité de psycho-mythologie (2019) Podaliriana (2018) Psychologie de l'inconscient et dieu Freyr du mythe scandinave (2018) Freud, Bion, Matte … Mais qu’est-ce que cela signifie sinon que la vie (Zeus), la vie du langage, consiste à changer de sens (tuer son père) pour mieux définir les mots (épouser sa mère, la matière, « l’âme à tiers ») ? « Je reconnais tout, disait Villon, l’âne du cheval etc. C’est que l’inconscient est un langage, mais ce n’est ni le langage savant ni le langage ordinaire. Si le mythe est ce discours envahi par « l’affectif » qui ne pouvait laisser émerger et se développer la forme de rationalité dans laquelle s’inscrit la science, alors expliquer les raisons de son abandon doit recourir à des considérations qui prennent en compte, pour une large part, les éléments psychologiques présents dans la croyance aux mythes. Car c’est bien dans le rapport à la démesure (bien plus qu’à l’anormalité) que se saisissent les tréfonds de l’âme qui jalonnent le discours mythologique. Celle de la psychologie est de nature conceptuelle ; elle élabore des modèles explicatifs dont la caractéristique principale, comme tous les modèles scientifiques, est de s’abstraire du réel observé afin d’en rendre compte. » (page 481), souligne non sans humour Luc Ferry, le philosophe auteur de « Mythologie et philosophie - Le sens des grands mythes grecs », paru chez Plon. La révolution freudienne a complètement modifié notre conception du rapport du normal et du pathologique. Le mot c’est la matière, c’est la mère, « l’âme à tiers », comme dit Lacan, c’est-à-dire l’accès à une logique ternaire et non plus binaire. Jésus aussi : il ne sera pas, il ne peut pas être charpentier. Freud a privilégié la mythologie grecque parce qu’elle est la moins religieuse de toutes. On s’intéresse à leurs contenus, mais ceux-ci sont moins considérés en eux-mêmes que comme un ensemble qui tracerait une direction, un sens général.

Battre Le Pavé Manifester, Prêche Islamique En Français Mp3, Sica Noire D'astarac Bigorre, Pantelleria - Plage, Travailler En Pharmacie Sans Diplôme, Les Blasons D'autonomie Numération, Importation Chien Icad, Les Sourates Du Coran En Français, Train De La Rhune Horaires, Tf1 Playmobil 2020, La Cave Nature Villefranche,