Les militaires comprenaient nombre des facteurs pouvant saper le moral des troupes, et l’inconfort de la vie dans les tranchées. a) Colorie la période concernée sur la frise. Sur le front, dans les tranchées, les conditions de vie des soldats sont éprouvantes. Le rhum était une récompense, un médicament et un moyen de motiver les soldats à se battre. Sous une forme fréquemment humoristique, ils ont pour but de distraire les combattants et d’entretenir le moral des troupes. Il se confie parfois dans des carnets où il raconte l’horreur de son quotidien. L’automutilation pouvait prendre la forme d’une blessure par balle à la main ou au pied ou d’une infection à l’œil causée en le frottant avec de … Ils vivaient dans de la boue mélangée aux cadavres (« couchant au milieu des cadavres »doc4) de leurs compagnons et d’adversaires, avec la peur constante de mourir par le gaz, dans une attaque surprise allemande, par les bombardements des obus ou un général qui n’en peut plus de soi. Dans quelle mesure les militaires de hauts rangs ont-ils cherché à stimuler l’engagement et le moral des troupes et comment les soldats ont-ils réagi à ces tentatives ? Ce sont des chemins de bataille creusés dans la terre dans le but de protéger les troupes contre les attaques ennemies. Le parcours était souvent dangereux, mais le courrier était essentiel au moral du soldat. Les combats sont meurtriers : près de 23 % des fantassins français y sont tués. La guerre de tranchées est une forme de guerre où les combattants s'abritent dans des lignes fortifiées, largement constituées de tranchées, dans lesquelles les soldats sont relativement protégés des armes légères et de l'artillerie.C'est devenu une expression familière pour désigner la guerre de positions, une paralysie du conflit et l'épuisement progressif des forces opposées. Ceux qui avaient commis des infractions n’avaient pas droit au rhum; ceux qui s’étaient portés volontaires pour des raids dans les tranchées ou d’autres missions dangereuses recevaient une ration supplémentaire. e) Comment est le moral des soldats ? Le courrier et d'autres fournitures étaient amenés de l'arrière dans les tranchées de la ligne de front. D’autres simulateurs exagéraient leurs symptômes nerveux une fois loin des lignes, ou continuaient de les manifester. Arrive donc le fameux artisanat de tranchée: Il s’y bat, mais passe la plupart de son temps à y dormir, y manger et s’ y distraire. Ils se proposent de déstabiliser les puissances centrales en attaquant l’Empire ottoman par le détroit des Dardanelles. ® Les conditions de vie sont épouvantables. Ils contenaient des aliments dont ils avaient bien besoin, des revues et des vêtements. Le constat de Danneels sur l’origine de la persévérance des soldats durant la Grande Guerre correspond dans une large mesure aux conclusions tirées par les historiens actuels après s’être eux aussi penchés sur les motivations qui ont poussé la majorité des soldats à continuer à se battre pendant quatre ans. Il faut dire qu’en cette veille de Noël 1914, après quatre mois de combat, dans le froid et la boue des tranchées, les soldats sont épuisés. La vie quotidienne dans les tranchées est très difficile. De nombreux facteurs contribuaient à encourager les soldats à se battre. La vie dans les tranchées est très pénible : Les soldats vivent et dorment à même le sol, dans la boue, ne se lavent pas, passent des heures terrés dans des abris trop petits pour s’y tenir debout. Les journaux de tranchées, élaborés près du front, sont encouragés et surveillés par la hiérarchie militaire. ® Les soldats gardent le contact avec l’arrière grâce aux courriers qui sont des témoignages de leurs conditions de vie 3) La démarche A. Collectif : Introduction de … Lorsque le rhum était disponible dans les tranchées, les soldats en recevaient une petite dose le matin et une autre le soir. Le courrier provenant du pays était livré tous les jours. Les assauts sont sanglants. De nature un peu espiègle, «Moustache», comme on l’appelle là-bas, est connu de tous ses camarades et de tous ses officiers pour les tours qu’il aime jouer afin de remonter le moral des troupes. Je les regardais avec effroi; ils étaient couverts de boue de la pointe de leur souliers à la calotte de leur képi, comme s'ils venaient de traverser un lac de vase. Deux soldats canadiens s'occupant de la poste sortent des sacs de courrier d'une planque. En 1 re ligne, chacun observe l'ennemi de près. La vie dans les tranchées n’a pas été de tout repos pour les soldats de la Première Guerre mondiale. La formation, une discipline stricte et un leadership fort motivaient également les soldats, et la peur des peines contribuait à rendre les soldats obéissants. C’est là que le miracle se produit. Des colis de douceurs envoyées du pays étaient également un plaisir périodique. Sujet: Le quotidien des soldats dans les tranchées Lun 8 Nov 2010 - 14:37 Sur 700 km, le soldat devient terrassier. Cette carte postale satirique montre un soldat qui simule les effets d'un traumatisme dû aux bombardements et comporte un poème sur les médecins militaires qui ne se laissent pas abuser. Des rubriques ludiques composées de jeux, devinettes ou petits problèmes mathématiques, concours, viennent distraire le poilu. Les soldats demandaient souvent instamment à ceux qui étaient restés au pays de leur envoyer d’autres cigarettes de leurs marques préférées. L’armée craignait que les désertions ne passent d’un mince filet à un flot important menant à la défaite si on n’y portait pas remède en en cherchant les causes, en éliminant toute possibilité de désertion et en veillant au bon oral des troupes. Ils se blessaient suffisamment pour être dispensés de service sur la ligne de front et passer une longue convalescence dans un hôpital en Angleterre. L’automutilation était un autre moyen utilisé par les soldats pour échapper aux tranchées. Les lettres des soldats dans les tranchées étaient censurées par leurs officiers et souvent par différents postes de commandement derrière les lignes, mais les troupes combattantes racontaient tout de même leur vie dans les tranchées à ceux qui étaient restés au pays. « (…) l’on tire depuis dedans les tranchées, mais le jour où il faudra faire une sortie et monter un assaut ce sera terrible et très meurtrier. L’automutilation était un autre moyen utilisé par les soldats pour échapper aux tranchées. Les Français font la même chose. Les Allemands s'enterrent dans des tranchées assez vite après le début de la guerre. Ils souffrent du froid, de la faim, de l’humidité et du « pied des tranchées ». Le développement de la pratique du football dans l'armée française tient à plusieurs facteurs, exogènes comme l'influence de la pratique du football par les soldats britanniques, et endogènes comme la précarité vécue par les Poilus dans les tranchées qui explique leur besoin de distraction au retour du front. On a répertorié 729 cas d’automutilation dans le Corps expéditionnaire canadien et beaucoup d’autres sont passés inaperçus. Les poilus vivent dans des conditions difficiles dans les tranchées pendant 4 ans : "Je vis arriver venant des lignes trois habitants des tranchées. Pour cela, ils jouent aux cartes, ou à d’autres jeux, fabriquant des objets avec les moyens du bord, comme les douilles d’obus, écrivent ou lisent leurs courriers. Ce sont des chemins de bataille creusés dans la terre dans le but de protéger les troupes contre les attaques ennemies. Ainsi de petits reportages et des chroniques abordent la vie quotidienne du soldat dans les tranchées. Les soldats français, surnommés les poilus, souffrent : • de la faim et de la soif, • de l’humidité et du froid, • des rats et des poux, • des odeurs nauséabondes, • de l’absence presque totale d’hygiène, • de la peur permanente d’être blessé ou de mourir. Ami d’Édouard Manet (1832-1883), Joseph-Félix Bouchor (1853-1935) était un peintre de paysages et un portraitiste de talent. Le système des tranchées exprime en effet une supériorité de la défense sur l'attaque constituant l'une des caractéristiques majeures de la Grande Guerre : toutes les offensives tentant de s'emparer des tranchées adverses (Somme en 1916, Chemin des Dames en 1917) entraîneront des pertes considérables en homme et se solderont par des échecs. Ils vivent dans la boue et dans le sang. Questionnaire : N’oublie pas d’indiquer le document dans lequel tu trouves la réponse et de répondre par une phrase. Ils publient également les créations littéraires produites par les officiers et des soldats. La désertion, lorsqu’un soldat décidait de quitter son unité militaire, était peut-être le signe d’un mauvais moral et souvent d’un excès de stress, d’une dépression mentale ou de traumatismes dus aux bombardements. Ils s’y battent, mais passent la plupart de leur temps à s’y reposer en attendant l’assaut : dormir, manger et attendre. Ils ont des photos, des souvenirs, et même des décorations d’intérieur. Comme tant d’autres soldats canadiens, il revient au pays après un an de … Les soldats recevaient des cigarettes qui faisaient partie de leur ration hebdomadaire et la plupart des hommes fumaient constamment. Les rats et les poux infestent les tranchées. Pour les inciter à garder le moral, le respect et la reconnaissance étaient très importants. Quand les soldats s'installent dans les tranchées, ils comprennent très vite qu'ils y resteront pour une durée indeterminée. La vie au quotidien dans les tranchées (1914-1918) L a tranchée, c’est l’endroit où le soldat passe le plus de temps. Malgré la tension subie par les soldats au front, le nombre de ceux qui tentèrent d’échapper au service sur la ligne de front par ces moyens illégaux fut peu élevé. ® A partir de l’automne 1914, les soldats s’installent dans des tranchées. des Etats-Unis, furent les premiers à utiliser le tank pendant la bataille de Flers dans la Somme le 15 septembre 1916. Les soldats soupçonnés étaient généralement envoyés dans des hôpitaux spéciaux pour les automutilations, passibles de la cour martiale et de peines allant de peines de quelques jours en campagne à l’emprisonnement. 14-18 devient une immense tranchée. La simulation, similaire à l’automutilation, consistait à faire semblant d’être malade ou simuler un traumatisme dû aux bombardements, ou à s’infliger volontairement une blessure. Sur un front de 800 kilomètres, s'étendaient les tranchées, lieux aux conditions de vie désastreuses où les soldats attendaient les ordres. Les liens d’amitié, de loyauté et de communauté basés sur une expérience commune et des dangers partagés étaient le principal de ces facteurs, forgeant un solide sentiment d’appartenance au groupe, particulièrement dans le cas de groupes restreints. Le rhum distribué par l’armée était également important. Ils se blessaient suffisamment pour être dispensés de service sur la ligne de front et passer une longue convalescence dans un hôpital en Angleterre. Pour empêcher les désertions, l’armée imposa des peines extrêmement lourdes, pouvant aller jusqu’à la mort devant un peloton d’exécution. Des millions d'hommes piochent pendant des mois, de la mer du Nord à la Suisse. Ils n'ont d'autres choix que d'attendre, attaquer et défendre. Mais pendant toute cette guerre, l'arme la plus redoutable et crainte par les soldats fut l'obus, qui peut anéantir toute une tranchée et donc causer de glissements de terrain qui engloutissent les soldats. L’orientation stratégique de la guerre avait des répercussions sur la vie quotidienne des soldats, mais les plaisirs simples étaient plus importants pour la santé de l’esprit, du corps et de l’âme au cours des longues nuits passées dans les tranchées ou des bombardements ennemis infernaux. HISTOIRE CM2 : Quelles sont les conditions de vie des soldats dans les tranchées ? Tout d'abord dans les tranchées, il était impossible pour les soldats de se raser la barbe, ils se contentaient de la couper c'est pour cela qu'on les appelle aujourd'hui les "poilus". Dans certains endroit plus calmes, les soldats peuvent prendre le temps d’organiser leurs tranchées.Dans ces abris où ils passent la majeur partie de leur temps, ils entretiennent et décorent, pour les rendre plus chaleureux. Leurs mains, leur visage, Le livre Trois frères dans la Grande Guerre, de la collection « témoignages », des éditions Hachette, raconte, sous forme de lettres, la vie de trois paysans partis à la guerre. Les traditions et les valeurs militaires étaient également importantes, même dans des armées constituées de civils comme au Canada, ainsi que le sentiment bien ancré qu’avaient la majorité des soldats de la justesse de leur cause. Dans l'enfer des combats, l'homme finit par perdre son humanité. Il y a, naturellement, l’administration des sacrements, mais aussi un rôle d’apostolat, qui consiste à visiter les soldats dans les tranchées. L’hygiène des soldats français pendant la Première Guerre mondiale. Les soldats avancent vers l’ennemi sous le feu des obus.Les mauvaise conditions de vie des soldats, la peur de mourir ou d’être blessé pèsent sur le moral du poilu. f) Que portent les hommes sur le document F ? Les pertes élevées, une nourriture de piètre qualité et le manque de sommeil étaient certains des nombreux facteurs qui menaçaient constamment de saper le moral, et par conséquent de diminuer l’ardeur au combat des armées de la Première Guerre mondiale. La simulation concernait les soldats qui faisaient semblant d'être malades ou s'infligeaient volontairement des blessures pour être dispensés de service militaire. L’automutilation pouvait prendre la forme d’une blessure par balle à la main ou au pied ou d’une infection à l’œil causée en le frottant avec de la terre contaminée par des produits chimiques. Le rhum était une récompense, un médicament et un moyen de motiver les soldats à se battre. Pendant la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918, les conditions de vie des soldats sont déplorables : dans les tranchées, le bruit est assourdissant et permanent, le ravitaillement pas toujours régulier et ils dorment peu et mal. La vie dans les tranchées La tranchée est l’endroit où le soldat passe le plus de temps. Le reste du temps, les soldats essayent d’oublier les misères de la guerre. Les bonnes heures :P 13824 – L'Almanach 1918 p.6-33 Les coopératives militaires : P 3720 - Le Miroir, 1918, n°231, p.10 La cuisine dans les tranchées P 3720 - Le Miroir, 1918, n°230, p.2 B) Le combat, les armes Au cours du conflit, se développe une nouvelle façon de faire la guerre. C’est dans ce même objectif que le commandement organise des représentations théâtrales. Ils s’efforçaient de fournir aux soldats les petites douceurs qui pouvaient les aider à garder le moral. C’était un lien important avec les personnes chères et les soldats gardaient un vif intérêt pour les activités de leur famille, de leurs amis et de leur communauté. Au début de l’année 1915, alors que les soldats s’enferment dans les tranchées sur le front occidental, les alliés décident de recourir à une stratégie périphérique pour contrer l’Allemagne. Certains soldats abandonnaient directement le front alors que d’autres choisissaient simplement de ne pas retourner dans leur unité après une permission. Outre leur barbe, ils avaient une hygiène corporelle déplorable, c'est à dire que la plupart du temps ils ne se lavaient pas ou alors ils se rinçaient avec un peu d'eau de pluie, ils n'avaient pas accès au … Ils ont à affronter les bombardements ennemis, les rates, les intempéries et le … Il faut donc tuer le temps avec des activitées autres que l'entretien du matériel. Sur les lignes du front belge, le moral est au plus bas. Lorsque le rhum était disponible dans les tranchées, les soldats en recevaient une petite dose le matin et une autre le soir. Dans les tranchées, le soldat côtoie en permanence la mort. Plus que les images, lettres, journaux de guerre et récits d'écrivains combattants permettent de comprendre le vécu quotidien des soldats dans les tranchées. Les soldats de première ligne sont les plus exposés, surtout quand ils partent à l'assaut de la tranchée adverse. Découvrez La vie des soldats dans les tranchées analysée par Alain GALOIN au travers d’œuvres et d’images d’archive.